Press

Chine : L'Oeil de la Photographie

Publication février 2016

蒙特勒伊: 皮埃尔·勒布朗

法国蒙特勒伊Le116当代艺术中心展出比利时摄影师皮埃尔·勒布朗(Pierre Leblanc)的作品《歧视》。这组肖像作品拍摄的是小屋中的人物个体,具象化的表现了法律明令禁止的二十种歧视,其中包括性别歧视、健康程度以及残障等。展览至4月16日结束。

皮埃尔·勒布朗的这组全新作品,从摄影的角度表现犀利的戏剧效果。他在首席摄影师戴维·勒梅韦尔协助下完成的作品拍摄。作品保持了他一贯的摄影风格,充满活力、讽刺和优雅的肢体语言。

独立的小屋如同监牢,狭窄而让人窒息,从身体、心灵和精神上给人以折磨。作品中充满将人牢牢囚禁的残暴、脆弱、有毒害以及绝望。摄影师皮埃尔·勒布 朗一直不知疲倦的拍摄这类作品,营造出电影制作的感觉。让人窒息的灯光、精心布置的画面构图和舞台效果,触动人心的表演,卓越的色彩运用,让人紧张的氛围 等,他用精湛的技艺呈现出完美的艺术作品

Italie : Camera Raw

Publication février 2016

Publication d'une monographie de la série "Intérieurs" et d'une interview dans le magazine papier de Camera Raw (Italy).

"Insides"

A sharp look on a cracked up society.

If the expression « to be driving » often means that we are “master on board”, having control on our lives, I show here that it’s not always the case. As in the backyard of a mansion or the backstage of a theater, I propose through this series a point of view on what escapes most of the time to our eyes. Who has never dreamed of being invisible to be able to see forbidden scenes? Cars cockpits are the set I use to depict our deepest states. Stopping the time in this private space, “Insides” reveals us as behind closed doors, the intimacy of drivers and their possible passengers, either it is made out of nice, absurd or horror. New, second-hand, rented or stolen, the car- as a mirror-carries us as the body is the vehicle of our souls.

This systematic artwork delivers us human being in all its states.

Fasten your seatbelts and safe journey…

- Audrey Pasquet

Artworks: "Intérieurs"

France : Artist Up

Publication mai 2015

Publication avec interview dans le magazine d'Art Contemporain Artist Up (Mai 2015)

Dépassant le regard superficiel et fuyant de la société, Pierre Leblanc met en scène des images à la fois poignantes, drôles et théâtrales - faisant réagir tout en déstabilisant le spectateur.
Dans ses scénettes aux ambiances recherchées et élaborées, le photographe perfectionne l’esthétisme de l’image pas seulement pour séduire, mais incontestablement pour transmettre des signes, des messages de « tendresse et de solidarité ».
Selon ses propres mots : « L’art n’a pas pour vocation unique de distraire, au sens de l’amusement, mais il peut aussi distraire en contraignant à détourner le regard de ce à quoi il s’est accoutumé et nous amener quelques fois par le rire vers ce qu’il n’ose plus questionner ».
La photographie est pour Pierre Leblanc un moyen de parler de ces « maux » que la société n’accepte pas de voir.
C’est une histoire humaine qu’il raconte au travers son art. Une réflexion qu’il souhaite partager, pour réintroduire le plaisir des actions quotidiennes.
Toujours à la recherche de nouveaux lieux, Pierre Leblanc laisse libre cours à sa créativité. Ses séries « Le banc » et « Intérieurs » font et feront encore parler d’elles et du talent de leur créateur… !

USA : The Eye Of Photography

Publication avril 2015

Publication de la série "Intérieurs" dans L'Oeil de la Photographie USA :

"Insides"

A sharp look on a cracked up society.

If the expression « to be driving » often means that we are “master on board”, having control on our lives, I show here that it’s not always the case. As in the backyard of a mansion or the backstage of a theater, I propose through this series a point of view on what escapes most of the time to our eyes. Who has never dreamed of being invisible to be able to see forbidden scenes?

Cars cockpits are the set I use to depict our deepest states. Stopping the time in this private space, “Insides” reveals us as behind closed doors, the intimacy of drivers and their possible passengers, either it is made out of nice, absurd or horror. New, second-hand, rented or stolen, the car- as a mirror-carries us as the body is the vehicle of our souls.

This systematic artwork delivers us human being in all its states.

Fasten your seatbelts and safe journey…(Audrey Pasquet)

Artworks: "Intérieurs"

Belgique : Denys-Louis Colaux

Publication mars 2015

(...) Dans l’édification de sa comédie humaine, Leblanc culmine dans la conciliation cohérente des dimensions sociale et artistique. Cet équilibre est assez rare pour être désigné. Plus qu’un moraliste, Leblanc est un esthète inspiré qui invente le pamphlet visuel. Il éreinte et adresse des signes de solidarité, des messages de tendresse, il porte par l’image, d'une façon brutale et incisive, des idées nobles, il n’hésite pas à parsemer ses déclarations visuelles de bombes insolites et drôles et sur la scène de son objectif, tout le théâtre humain se joue, du sordide au drôle, en passant par l’ignoble ou le poignant. Tout advient dans des lieux confinés : un banc dans un petit square, une automobile ... Ces microcosmes (ces foyers, lieux ardents de l'âtre humain) sont non point des réductions du monde mais des métonymies : tout s'y joue, tout y a lieu du grand barnum humain, splendeurs et misères. Tout, avec une acuité, une efficace foudroyante, y est dit de l'être : le monstre, l'ange déchu, l'animal, la viande, la chair, le vertébré froid, l'affreux, le sale, le méchant, le guignol, le frisson, l'émouvant, le paumé, le bouleversant. L'oeuvre consiste aussi en une intransigeante radiographie de l'espèce. Elle est également exhaussée d'icônes bouleversantes, profondes, remuantes. Tout opère ici dans l'intense, dans l'ardent. La série des fauteuils habités (fauteuils roulants et leurs occupants), pour l'exemple, comporte des merveilles, des spécimens inhabituels et irrésistibles de la beauté humaine.

La série des confrontations et des rapprochements (deux photographies en étage, série intitulée Histoires abîmées) crée de nouvelles formes d'électricité visuelle, des désorientations, des torsions, des malaises, des troubles, des désirs interprétatifs, une envie de légender, de dire, de réagir et de se positionner. Le pouvoir déclenchant de ce système est d'une redoutable efficacité.

Magnifique découverte. Bienvenue dans l’univers de Pierre Leblanc : tensions, querelles, mélancolies, crises de nerfs, solitude, fièvres, désarrois, fuites, drames intimes, désespérances, merveilles, violences conjugales, déserts relationnels, hantises, passions clandestines, absurde quotidien, délires. Bienvenue chez vous. Bienvenue au sein d'une oeuvre qui remue, qui examine, qui aime et qui poursuit l'être jusque dans ses impasses. Voilà une oeuvre que je regarde comme originale, considérable et dérangeante, une oeuvre qui ne fait pas l'économie de l'insoutenable, une oeuvre que je considère indispensable et bienfaisante. Cet humanisme impitoyable m'est d'un grand secours. Tombé sur une terrible merveille, j'ai à cœur d'assurer un relais, j'ai à cœur de participer à son essor et à son rayonnement. (...)

Artworks: "Intérieurs"